Patrick Seguin – Greease

Patrick Seguin - GreeasePatrick Seguin, entrepreneur humaniste

Patrick Seguin est un drôle de mammifère : un mélange de caméléon qui avance à 100 à l’heure, avec la ruse d’un renard à l’écoute, le courage d’un tigre avisé, l’humilité d’une fourmi opiniâtre et l’humanisme d’un… homme réfléchi.  Il peut recevoir en polo et jeans sous les fastes de ses bureaux XVIIIème de la Chambre de commerce et d’industrie Bordeaux-Gironde. Il préside cette vieille institution depuis mars 2017. Il sait aussi rendre la pareille en costume-cravate impeccables face aux grands noms du vin et des spiritueux.

L’homme qui a fait toute sa carrière dans les travaux publics sait que les symboles font sens et société. Le premier acte posé une fois élu à la Chambre fut d’aller serrer les mains de tous les salariés de l’institution. «L’humain, c’est sacré, lâche-t-il sans hésiter. J’ai toujours associé mes collaborateurs aux décisions importantes de la vie de mes entreprises. C’est dans mon ADN».  

Dans toute sa carrière, cet amateur de rallyes auto a pu compter sur les hommes, sur ses prises de risque, le feeling. Le culot aussi ! Son père le destinait à reprendre la petite entreprise artisanale de transports de sable basée à Cognac. Mais, même si le petit Seguin adore lire, il n’aime pas ce qui est écrit d’avance pour lui ! Sa scolarité s’arrête au collège mais peu importe : pendant 45 ans, il va faire les belles rencontres au bon moment et au bon endroit. Petit à petit, avec toujours les mêmes valeurs : travail, respect, adaptation et soif d’apprendre. Il gravira les barreaux de l’échelle sociale : d’ouvrier de chantier au patron de la SOC (20 millions d’euros de chiffres d’affaires et 130 salariés) en passant par chef de chantier et conducteur de travaux. Sa dernière entreprise  – Greease – est une PME innovante de 20 personnes intervenant dans le grand Sud Ouest pour la gestion des risques sanitaires (air et eau) dans les Établissements Recevant du Public (ERP).

Soif d’humain et soif d’apprendre

Avant son arrivée à Bordeaux en 1997, il a déménagé 14 fois au gré des chantiers et des responsabilités qu’il a su saisir. A chaque fois, la décision était prise en accord avec sa femme, sa confidente, son soutien, son évidence. «C’est ma femme qui m’a aidé à grandir. On a tout fait tous les deux», n’a-t-il pas peur de dire. Tout est discuté en commun, même la présidence de la Chambre dont il est un élu depuis 2005 : «Si elle m’avait dit non, je n’y serais pas allé.» Leur passion commune pour les rallyes-raids automobiles au niveau championnat du monde – Corine, co-pilote, Patrick au volant – est une belle illustration de cette puissante union. C’est aussi Corine qui l’a convaincu d’adopter un jeune Ethiopien de 5 ans, en plus de leurs deux enfants biologiques. Elle encore qui lui a parlé de Mécénat Chirurgie Cardiaque (MCT), association pour laquelle ils accueillent des enfants prêts à être opérés du cœur.  Cette fibre humaniste, il la partage depuis son enfance avec un père gaulliste, conseiller municipal d’un petit village du Cognaçais.

Son étiquette d’autodidacte le cisaillait parfois dans un complexe d’infériorité propre aux gens qui se remettent (trop?) en question. Jusqu’au jour où un prof des Arts et métiers, à une période où le patron de terrain prenait des cours du soir, lui dise de déguerpir: «Vous savez déjà tout faire en vrai, vous avez le meilleur diplôme de la vie !» Comme l’homme est curieux, passeur et partageur, il va passer quelques années à la Jeune chambre économique (JCE), puis aux DCF – Dirigeants Commerciaux de France – et, surtout, au Centre des jeunes dirigeants (CJD) où il apprendra et militera pendant 20 ans : «J’y ai appris à grandir et à devenir un vrai dirigeant», reconnaît-il.

A 65 ans, Patrick Seguin demanderait bien trois vies de plus ! Aujourd’hui, il a en tête un projet sociétal, économique et politique qu’il voudrait bien contribuer à réaliser : «Dans cette nouvelle société à construire où nous sommes à la croisée des chemins de notre histoire, je voudrais qu’un jour soit développée une idée qui pourrait régler le chômage de masse : entamer une négociation nationale au niveau économique pour que toutes les entreprises s’engagent à mettre en place, à hauteur de 15 % de leurs effectifs, un binôme de transmission du savoir par tutorat, entre tous les aînés allant partir en retraite dans les deux ans, et un chômeur ou un nouvel arrivant sur le marché du travail. À coût zéro pour l’entreprise et pour l’Etat. En moins de 4 ans, nous revenons à 5 % de chômage en France, et gardons notre précieux savoir-faire !» L’homme engagé au MEDEF depuis 15 ans l’a fait dans les Travaux Publics et «je n’ai eu que des succès». Reste à le déployer dans tous les autres corps de métier.  C’est le nouveau combat de Patrick Seguin. Même pas peur, répond l’animal.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Patrick Seguin
Président
GREEASE SAS
(groupement régional eau, air, santé, environnement)
16 avenue du Maréchal Joffre
33700 Mérignac
Tel. 05 56 99 42 62

CCI Bordeaux Gironde
Président
17 place de la Bourse
CS 61 274
33076 Bordeaux Cedex
Tel. 05 56 79 50 40

LUI ECRIRE
LUI ECRIRE
LE SITE
LE SITE
2017-06-26T17:25:57+00:00